L’huile de palme

Publié le par O-Lit

Bonjour mes amis avides de connaître de nouveaux produits ou d’en savoir simplement un peu plus.
 
Aujourd’hui, je viens vous parler d’un ingrédient qui a malheureusement bien mauvaise réputation mais qui est indissociable de certaines cuisines.
 
 

Qu'est-ce que c'est ?

 
Et bien comme vous pouvez vous en douter, il s’agit d’une huile végétale produite à partir des fruits du palmier à huile. Elle permet de colorer et d’apporter son gout particulier aux plats dans lesquels elle est utilisée. Cette huile est un ingrédient essentiel dans la cuisine africaine, brésilienne et  aussi créole. Enfin si l’on peut vraiment parler d’huile…
 
Et oui, cette huile est en vérité plutôt une « graisse » végétale, à l’instar du beurre de cacao, car à température ambiante elle se présente sous forme solide due à la présence d’acides gras saturés. D’ailleurs ce sont ces acides gras qui lui valent une si triste réputation de « mauvaise pour la santé » mais en vérité elle n’est pas plus « grasse » ou dangereuse que le beurre. De plus, lorsqu’elle n’est pas raffinée elle contient beaucoup de vitamine E et de beta carotène. Voilà pourquoi elle est orangée et qu’elle a cette odeur et cet arome si caractéristique. Son petit plus, c’est qu’à la cuisson elle donnera une belle couleur jaune à vos plats (l’astuce, c’est, entre autre, de faire frire vos aliments panés dans cette huile et vous verrez que la couleur de ces derniers donnera vraiment envie).
 
Un autre problème, c’est la déforestation qu'a engendré sa culture notamment en Indonésie (plus grand producteur mondial). Encore une fois, l’huile de palme traditionnelle n’est pas en cause. Elle a rencontré un franc succès chez les industriels car elle se cultive sous les tropiques (production toute l’année), elle est 3 à 4 fois plus productive à l’hectare que le colza, son transport est plus simple que d’autres huiles végétales car solide. De plus une fois raffinée, elle est inodore et incolore. Il est aussi à noter que la présence massive d’acides gras saturés fait d’elle un agent texturant de premier ordre.
 
Toutes ces qualités ont malheureusement amené à en abuser et à conduire aux conséquences que l’on connait (destruction de l’habitat naturel des orangs outans d’Indonésie, pâte à tartiner presque intégralement composée de cette dernière néfaste pour la santé car en trop grande dose).
 
Je tiens quand même à défendre la vrai huile de palme orange qui, elle, est un atout en cuisine et dont la production n’est pas excessive. Je dirais même plus que si un boycott doit être fait c’est contre l’huile de palme industrielle qui fait de nombreux ravages et du fait de son raffinage ne contient presque plus de beta carotène ni de vitamine E.
 

Où s'en procurer ?

 
Il est assez simple d’en consommer car vous pouvez être sûr qu’à chaque fois que vous lisez sur la liste d’ingrédients d’un produit, « huile végétale », vous êtes sûr à 90% qu’il s’agit d’huile de palme industrielle et raffinée.
 
Toutefois si comme moi, vous êtes amateur de bonne cuisine et de saveur authentique vous pourrez facilement trouver de l’huile de palme naturelle dans les épiceries africaines et dans quelques supermarchés comme Cora ou Delhaize. Maintenant il est bien entendu possible d’en commander sur internet auprès de site spécialisé.
 
Voilà, je voudrais terminer cet article un peu spécial, car ici , je prends clairement position contrairement à mes habitudes, en vous disant qu’il ne faut pas toujours tomber dans le panneau des belles campagnes journalistiques ou les effets de mode mais bien d’essayer de connaître toutes les faces des choses avant de pouvoir émettre un jugement correct.
 
Donc n’hésitez pas à essayer l’huile de palme naturelle dans votre cuisine afin d’y apporter de nouvelles saveurs.
 

Idées recettes :

 
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article